A la découverte de la France A la française Régions Régions Entente vallée du Lot Entente vallée du Lot Tourisme dans la vallée du Lot Entente vallée du Lot Logements, tourisme, gastronomie, oenotorisme, sud, vallée du Lot
Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/03/2015

MMMMh, ça sent bon le Cantal

Le Cantal et ses surprises, mis en boîte

aurillac-lancement-my-cantal-box_1968668.jpeg

Pour faire connaître son département, la Cantalienne Élodie Marot a créé My Cantal Box. Une boîte surprise remplie de produits du terroir à commander sur Internet.

L’idée est née l’été dernier, entre Laroquebrou et Saint-Paul-des-Landes, pendant un week-end avec des amis nordistes. Le temps d’un pique-nique, les touristes tombent sous le charme de la gastronomie cantalienne. « On ne trouve pas ça dans les commerces chez nous ! » Avant de repartir, Élodie Marot fait le tour des producteurs locaux avec ses invités, qui repartent avec une valise pleine de pâté de foie, de confiture, de vin et de fromage 100 % Cantal. « Je me suis dit : c’est quand même dommage qu’ils ne puissent pas acheter ces produits ailleurs… », raconte Élodie Marot. La Cantalienne de 22 ans décide alors de se lancer dans le e-commerce et crée My Cantal Box. « J’ai eu envie de faire découvrir mon département à travers ses produits, en les proposant à ceux qui ne les connaissent pas ou qui ne peuvent pas se les procurer », précise-t-elle.

Une box surprise avec 5 à 7 produits locaux

Le concept My Cantal Box est simple. Tous les mois, sous forme d’abonnement ou au coup par coup, une boîte en carton « remplie de bons produits 100 % made in Cantal, sélectionnés avec passion », est livrée à domicile, partout en France. Elle contient cinq à sept produits locaux, accompagnés de recettes et d’idées dégustation, histoire de se préparer un bon repas et d’avoir quelques surprises… La première livraison est prévue pour avril. « Les internautes commandent sans savoir ce qu’ils vont recevoir. Mais avec ce qu’on a dans le Cantal, ils ne pourront être qu’agréablement surpris », sourit Emmanuel, le frère d’Élodie.

Responsable e-commerce d’un magasin aurillacois, il maîtrise plutôt bien l’informatique et donne un coup de main à sa sœur. Assistante administrative, elle aussi a déjà un travail. « L’idée de ce projet, c’est vraiment de promouvoir le département d’où nous venons. L’objectif n’est pas d’en vivre, cela reste une activité complémentaire », précise Élodie.

 

Diplômée d’un BTS design à Nevers, elle s’occupe notamment de la communication visuelle de My Cantal Box. Facebook, Instagram ou Twitter, la jeune chef d’entreprise mise avant tout sur les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille pour se faire connaître. « Cela fonctionne plutôt bien. Dès que nous avons lancé la page Facebook, elle a rapidement commencé à tourner grâce à des Cantaliens éparpillés un peu partout en France. » 

Avec un marché de producteurs

Des producteurs aussi ont contacté Élodie et Emmanuel grâce à Internet. « Ils sont plutôt réceptifs. Je crois que l’idée de la box surprise et du renouvellement tous les mois leur plaît car cela va permettre de décliner le terroir sous toutes ses formes », poursuit Élodie Marot, en citant l’exemple d’une apicultrice qui vend du miel bien sûr, mais aussi des biscuits, du « caramiel », etc.

En ligne dans quelques jours, le site internet comportera également un onglet « Nos producteurs ». Les internautes pourront commander les produits qu’ils auront découverts dans les box. Les Marot espèrent : « L’objectif est aussi de mettre en valeur les producteurs. Certains vendent à la ferme, My Cantal Box pourrait leur amener des visiteurs. » Les amis nordistes d’Élodie et Emmanuel par exemple, qui reviendront sans doute s’approvisionner dans le Cantal cet été. 

 

Source: lamontagne.fr
Marielle Bastide

18/03/2015

L'Aveyron l'autre pays du couteau

Question couteau, l’Aveyron est toujours en pointe

 

  • Tout l’art de Jérôme Lamic en couteau table et de Cyril Manelphe en couteau de chasse.

    Tout l’art de Jérôme Lamic en couteau table et de Cyril Manelphe en couteau de chasse. (Reproduction Centre Presse )
  • Tout l’art de Jérôme Lamic en couteau table et de Cyril Manelphe en couteau de chasse.

    Tout l’art de Jérôme Lamic en couteau table et de Cyril Manelphe en couteau de chasse. (Reproduction Centre Presse )
  • Tout l’art de Jérôme Lamic en couteau table et de Cyril Manelphe en couteau de chasse.

    Tout l’art de Jérôme Lamic en couteau table et de Cyril Manelphe en couteau de chasse. (Reproduction Centre Presse )

L’Aveyron est plus que jamais le pays du couteau. Les organisateurs du concours des Meilleurs ouvriers de France l’ont dit à leur manière pour la session 2013 - 2015. Après avoir sacré le Laguiolais Jean-Michel Cayron à deux reprises (2007 et 2011), ils ont à nouveau tranché en faveur de deux Aveyronnais cette fois-ci.

Jeudi, sous la présidence de Christian Forestier, et Pierre Courty, le président de la classe coutellerie, ils ont attribué le prestigieux titre de meilleur ouvrier de France à Jérôme Lamic, dans la catégorie couteau de table, et Cyril Manelphe dans la catégorie couteau de chasse. Le premier œuvre à Laguiole et le deuxième à Sauveterre-de-Rouergue, deux bastions de la coutellerie aveyronnaise. Et pour deux autres Aveyronnais, cela s’est joué à vraiment un cheveu », souligne Edgard Wermuth, vice-président du comité national, et toujours très attentif au savoir-faire aveyronnais. Pour lui d’ailleurs, ces deux prix mettent plus que jamais l’excellence aveyronnaise en lumière. « De 1990 à 2007, il n’y a eu aucun Mof aveyronnais. Depuis, il y en a eu deux à chaque session (1). Pour moi, ces deux nouveaux meilleurs ouvriers de France pour le département, c’est la récompense d’un bon travail de fond ».

Pour ce concours, onze projets avaient été présentés, neuf avaient été retenus et six avaient finalement atteint la « finale ». Sur ces six projets d’ailleurs, quatre étaient aveyronnais. C’est dire si en matière de couteau, le département reste à la pointe !

À la Sorbonne le 16 avril

Jérôme Lamic et Cyril Manelphe, à l’instar des deux cent cinquante personnes, toutes catégories confondues, sacrées en France pour cette 25e session, seront reçus le 16 avril à la Sorbonne, pour la cérémonie de remise des prix placée sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale. Ils seront reçus un peu plus tard à l’Élysée par le président de la République. Les innombrables heures passées à réaliser leur chef-d’œuvre valent au moins ça !

(1) Outre Jean-Michel Cayron, sacrés en 2007 et 2011, Yves Saget en taille de Pierre (2007) et Laurent Boyé en génie climatique (2011), ont également été sacrés Meilleurs ouvriers de France.